Stade Michel d’Ornano | 21 500 places

1993CaenCalvados (14)Équipement sportifProjet livré

Lauréat du concours pour la construction d’un nouvel équipement sportif footballistique à Caen

 

Il est inauguré le  par le Premier ministre Édouard Balladur et prend ainsi la suite du stade de Venoix à partir du mois de juillet 1993 pour les matchs de l’équipe professionnelle du Stade Malherbe Caen

Détails • Techniques
Programme

Construction neuve d’un stade de football homologué Ligue 1

  • 21 500 places assises
Maîtrise d'ouvrage Ville de Caen
Type de mission Mission de base
Coût HT 16 891 000 €
Surface 40 280 m²
Date de livraison 1993
Bureaux d’études techniques
Économiste IOSIS OUEST
BET structures IOSIS OUEST

Une conception novatrice

Au cœur d’un nouveau quartier résidentiel, le Stade Michel d’Ornano se devait de présenter un caractère urbain affirmé en conservant une échelle humaine.
Antithèse du « stade objet », il fut conçu comme un « ilot » parmi d’autres encore en projet à cette époque.

En premier lieu, son gabarit est contrôlé par l’implantation du terrain en décaissé d’environ 6 m par rapport au niveau des voiries. Cela favorise le dialogue et confirme le souhait de cohérence entre le projet et son environnement immédiat.
Loin d’être écrasant, le projet s’inscrit ainsi dans une continuité urbaine dont le rythme des pleins et des vides est repris par les escaliers de desserte des tribunes qui scandent les façades et favorise le réparage des spectateurs.

Premier « Chaudron à l’anglaise » nouvelle génération

  • une proximité spectateurs /joueurs
  • la continuité des nappes de gradins
  • un déambulatoire en tête de tribune desservant l’ensemble des salons privatifs et salles VIP

En conclusion, cette configuration inscrit le stade comme précurseur de ses contemporains, en témoignent nos réalisation de Rennes ou Sochaux, combinant les vocations sportives et évènementielles, avec l’économie local par les lieux de rencontres et d’échanges qu’il offre aux acteurs locaux.

Le nouvel antre du Stade Malherbe

C’est au début des années 1990 lorsque le Stade Malherbe de Caen découvre l’élite du football Français, qu’il apparaît évident que le stade de Venoix n’est pas adapté, et que le conseil municipal de la ville de Caen décide de la construction d’un stade régional déjà à l’étude depuis quelques années.

Alors que les travaux sont sur le point d’être lancés, le président du conseil général du Calvados, décède à Saint-Cloud. L’émotion est vive dans le département. Le Stade Malherbe de Caen propose donc avec le sénateur-maire de l’époque que le nouveau stade porte son nom, « inséparable de la construction de ce stade ».


Projets Envie d’en voir plus ? Agence